Concert Lynda Lemay / Drôle de mine

Je ne la lâche pas ma chanteuse, et même s’il est vrai qu’il y a désormais dans ses nouveaux albums des chansons que j’aime moins (peut-être me suis-je trop habituée à son style), je reste malgré tout une indécrotable de cette talentueuse et humoristique chanteuse. Comment résumer ce concert ? Voyons… C’était juste… trop court !

Allez, pour le plaisir les paroles d’une chanson que j’aime particulièrement en ce moment, « Drôle de mine », où elle parle de son crayon… mais un peu humanisé…

Drôle de mine                                

T’as du plomb dans la tête                                    T’as du plomb dans la tête
Les soirs où tu m’la fais                                          Et ce soir tu t’la casses
Quand j’veux pas qu’tu t’arrêtes                             Quand j’veux jouer au poète
Tu me boudes et te tais                                          Tu t’retournes et t’effaces

Quand je suis à bout d’nerfs                                   Mais tu feras c’que tu veux
Tu te roules sur la table                                          Je t’aurais à l’usure
Jusqu’à tomber par terre                                        Dis pas que t’es trop vieux
Et rester introuvable                                               Pour une autre aventure

Et pourtant y a des soirs                                         J’crois qu’on vient tous au monde
Où tu t’moules à mes doigts                                    Pour broyer du noir
Parfois j’ai peine à croire                                        A chacun ses secondes
Les mots que tu m’envoies                                      Au fond de l’aiguisoir

Tu fais semblant de rien                                         Y en a des pires que toi
Mais t’as le sang qui bout                                       Ceux qui se prostituent
Tu me prends par la main                                      Sous n’importe quels doigts
Puis tu danses comme un fou                                  Sur n’importe quelle rue
En disant des sottises
Je te porte à ma bouche                                         Pour des questions d’argent
Te mordille en douceur                                          Paraît qu’on les méprise
Et c’est moi qui te couche                                       Chaque fois qu’on les prend
Après de longues heures                                        Faudrait bien que tu sache
Quand tu te sens miné
T’as du plomb dans la tête                                     Qu’ceux qui bavent et qui crachent
Et ce soir j’me la paie                                             T’as rien à leur envier
Tu veux pas faire la fête                                          Moi j’en connais pas mal
Tu veux pas faire la paix                                         Qui se voient condamnés
Plongés dans un journal
Ça m’tentait pas d’attendre                                     A faire des mots-croisés
Après ta bonne humeur
C’que tu viens d’entreprendre                                 Y’en a bien des plus grands
C’est un mauvais quart d’heure                               Et des plus colorés
Qui ont l’air insignifiants
C’pas ma faute si des fois                                       Quand tu t’mets à parler
C’est en plein restaurant
Que j’ai envie de toi                                                Y a que toi qui me donnes
Devant d’autres clients                                            Des frissons dans l’échine
Y a que toi qui m’étonnes
Tu peux t’compter chanceux                                   Avec ta drôle de mine
J’suis juste un peu bohème
Tu vivras peut-être pas vieux                                  T’as du plomb dans la tête
Mais tu sais que je t’aime                                        Et ce soir c’est bizarre
T’as la mine mauvaise
Y en a des pires que toi                                           Et t’as les traits tirés
Ceux qui se prostituent
Sous n’importe quels doigts                                     T’as du plomb dans la tête
Sur n’importe quelle rue                                          Mais c’est vrai qu’il est tard
En disant des sottises                                              Si tu veux qu’on arrête
Pour des questions d’argent                                     J’vais même pas t’aiguiser
Paraît qu’on les méprise
Chaque fois qu’on les prend
Faudrait bien que tu sache
Quand tu te sens miné
Qu’ceux qui bavent et qui crachent
T’as rien à leur envier
Moi j’en connais pas mal
Qui se voient condamnés
Plongés dans un journal
A faire des mots-croisés

Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :