Idées reçues

Deuxième article sur le sujet :-). J’attends toujours vos réponses pour le premier 😉 *blague*. Avant le troisième article qui arrive, pour expliquer un peu plus en profondeur la psychologie, voici quelques idées reçues que j’ai pu entendre. La psychologie, ça intrigue, et comme toute chose qui fait parler, les idées qu’on s’en fait ne sont pas toujours vraies. Curieux ? Un petit tour des on-dit !

Idée reçue n°1 : Un psychologue/étudiant en psycho analyse mes gestes, mes mots et ma façon de parler quand je lui parle : bidum, FAUX

Cette idée reçue vient de la peur d’une « mise à nu », une volonté de protéger son intimité, son « jardin secret ». C’est effectivement ce que l’on pourrait faire en entretien avec un client. Mais en aucun cas on ne le fait quand on prend par exemple un verre avec un(e) ami(e)… Parce que ça demande un effort d’attention important. Parce que dans la vie de tous les jours, un psychologue/étudiant fait son métier/études quand il a à le faire, et c’est fini quand il rentre chez lui et qu’il/elle regarde se met devant un drama xD. Parce qu’aussi, on analyse quelqu’un sur sa demande, parce que lui même ne se comprend pas bien et qu’il a besoin d’un regard extérieur qui pourrait voir en lui des choses auxquelles il n’aurait pas pensé par exemple. C’est seulement si la personne le demande que le psychologue l’analyse. Si un psychologue pourrait avoir le regard aiguisé par la pratique, il sera prudent en dehors de son travail pour ne pas dire des choses à des gens qui n’ont pas envie d’entendre son avis…

Idée reçue n°2 : Un psychologue/étudiant en psycho lis dans les pensées : bidum, FAUX

Ca c’est LE cliché est sous-entendu régulièrement quand je rencontre des gens et que je dis que je suis étudiante en psychologie :-). Bon déjà, se reporter à la réponse à l’idée reçue n°1, on ne cherche pas à analyser en dehors d’un entretien psychologique. Et deuxièmement, désolée de vous décevoir peut-être (je me déçois moi-même aussi tiens ^^), mais les études de psychologie ne sont pas des études de voyance, et ça  ne nous dote pas de supers pouvoirs, snif.  Donc ce qu’un psychologue pourra dire, ça vient de… ce que le client a dit. Toute l’astuce est dans la bonne analyse et l’interprétation. Il pourra aussi observer le comportement et tout ce qui ressort du non-verbal (tout ce qu’il n’est pas du discours, les gestes, la posture…).

Idée reçue n°3 : Les étudiants en psycho sont plus dérangés que leurs patients pour étudier une telle matière : Bidum, euh, à vous de juger ! ^^

Des sujets comme la maladie mentale, les criminels, mais aussi les sujets concernant les personnes plus « normales » (avec des gros guillemets hein), la dépression… Tout ça, ça fait peur. Alors on peut avoir tendance à penser qu’il faut vraiment être fou pour étudier la psychologie xD. C’est beaucoup plus facile de réfléchir avec des raccourcis, comme les stéréotypes, les préjugés, les jugements, plutôt que d’essayer de comprendre la complexité d’un phénomène. Et ceux qui étudient, font des recherches ou pratique la psychologie, et qui bousculent parfois ce système de pensée confortable, peuvent déranger…

Idée reçue n°4 : La philosophie et la psychologie, c’est pareil : bidum, FAUX

On m’a déjà demandé si j’avais des cours de philosophie dans mes études de psychologie… Si la psychologie provient historiquement de la philosophie, il en reste pas moins que ce sont deux matières bien séparées.

Selon wiki, la philosophie, peut se présenter comme un savoir totalisant, une réflexion visant une interprétation globale du monde et de l’existence humaine, ou encore comme un questionnement. A la différence des sciences humaines (psychologie, sociologie…), des sciences naturelles (biologie, botanique, sciences de la Terre…) et des sciences formelles (mathématiques, informatique… tout un tas de trucs en hic xD), la philosophie n’a pas d’objet d’étude propre. La psychologie, c’est l’étude scientifique des faits psychiques, la connaissance empirique ou intuitive des sentiments, des idées, des comportements d’autrui et des siens, l’ensemble des manières de penser, de sentir, d’agir qui caractérisent une personne, un animal, un groupe, un personnage.

Bon tout ça c’est pas très clair. Pour faire simple, la philosophie, c’est avoir une perpétuelle remise en question et reflexion sur les notions et les choses de ce monde, la psychologie c’est étudier l’être humain et ses manifestations, normales ou anormales.

Idée reçue n°5 : La psychologie, c’est une matière littéraire : bidum, FAUX

Là encore, ces deux matières ne sauraient être confondues. Les études littéraires sont concentrées sur… la littérature, son interprétation, l’Histoire et la littérature, l’écriture, l’application correcte des règles de français (et dieu sait que c’est pas facile xDD)… Si en psychologie il est préférable d’avoir des facilités d’écriture et de créativité, mais ça comme dans toutes les matières je pense – pour peu qu’on veuille découvrir, ou écrire un article par exemple – la psychologie est considérée comme une science humaine.

Idée reçue n°6 : Il faut être fou pour aller voir un psychologue, si j’y vais c’est la honte : bidum FAUX

Il y a des personnes atteintes de maladies mentales qui peuvent consulter un psychologue certes. Mais il y a aussi des personnes comme vous et moi qui a un moment donné ne comprennent pas tout d’eux-mêmes, ne se sortent pas d’une situation compliquée, dépriment… Aller voir un psychologue ne peut être moqué, c’est au contraire un acte de courage, car ne pas prétendre être superman, se remettre en question et envisager de changer, c’est pas évident et ne peut être que salué.

Idée reçue n°7 : le psychologue peut donner des médicaments. Bidum, FAUX

Cette idée reçue vient de la confusion entre psychiatre et psychologue. J’y reviendrait plus tard dans un article suivant. Le psychiatre peut donner des médicaments (anti-dépresseurs etc…), en revanche le psychologue n’a pas fait d’études de médecine, et ne peut pas en délivrer. Si votre psychologue vous en donne, c’est que soit c’est un charlatan :-), soit un psychiatre-psychologue.

Idée reçue n°8 : La psychologie, tout le monde peut en faire : bidum, FAUX

On utilise assez souvent ces mots. « C’est psychologique », « j’ai compris la psychologie des personnages »… Si certaines personnes ont sans douter plus de capacités d’analyse, de compréhension des autres que d’autres, il n’en reste pas moins que la psychologie demande de faire des études… et bénéficie de méthodes scientifiques de recherche, et de la pratique professionnelle qui en découle. Si un ami écoute vos malheurs, il fait ce qui ressemble au travail d’un psy, mais il peut aussi penser à autre chose quand vous parlez, donner des mauvais conseils… En entretien le psychologue n’est là QUE pour écouter la personne.

Idée reçue n°9 : Il n’y a pas de boulot en psychologie : bidum, VRAI et FAUX

Oui, il y en a pas dans ma branche oooouuuin (psychologie clinique). Il y en aurait si le budget suivait, car c’est un métier en plein essor. Mais il y a du travail dans les entreprises, dans les prisons, pour les neuropsychologues… Ça dépend du type de psychologie dont on parle.

Idée reçue n°10 : Une consultation du psychologue, c’est cher : bidum, VRAI et FAUX

Il y a les psychologues qui ont leur propre cabinet, dans ce cas la consultation est payante, les problèmes psychologiques n’étant pas considérés comme des problèmes de santé par la Sécurité Sociale 😀 (la pauvre, on va la laisser tranquille avec son déficit ^^). En revanche, vous pouvez être amené à consulter en psychologue en hôpital, en institut spécialisé, à l’école, à l’université, en entreprise… Et la plupart du temps c’est gratuit.

Idée reçue n°11 : Les psychologues sont des para-médicaux : bidum, FAUX

Para-médicaux signifie « sous l’autorité du médecin », et bien non, les psychologues bénéficient de leur propre indépendance (parfois plus au niveau légal que dans les faits réels malheureusement).

Idée reçue n°12 : en études de psychologie, les étudiants sont là par défaut, et ne font rien : bidum FAUX (Edit)

Bon j’ai exagéré la phrase intentionnellement, mais c’est pas loin de ce que j’ai pû parfois entendre. Il est vrai que certains lycéens qui après le bac ne savent pas quoi faire, choisissent les études de psychologie à l’université en se disant que ça se sera pas trop difficile (= université…) et encore général comme au lycée. Erreur, dès la première année on étudie la psychologie clinique, cognitive, la neuropsychologie, la psychologie du développement etc. Il y a encore des maths, les statistiques, dont on aura besoin plus tard, de l’anglais, centré sur les textes scientifiques en psychologie, le biologie, centrée sur le cerveau et le système nerveux, l’histoire, l’histoire de la psychologie… Bref, ne croyez pas prolonger le lycée en choisissant cette branche.

Il y a ceux aussi qui restent en première année de psychologie en attendant de passer des concours, d’assistance sociale, d’orthophonie, par exemple. Leur objectif n’étant pas les études psychologiques, cela fait dire à certains qu’en psychologie les étudiants ne font rien… Et pourtant c’est tout à leur honneur de faire un an à autre chose qu’étudier pour le concours, dans une branche pas si éloignée de ce qu’ils étudieront plus tard. Bref, dernière idée reçue à éviter, si en première année les profils des étudiants sont assez éclectiques, les années suivantes restent ceux qui sont motivés par ces études. Après de dire « qu’on ne fait rien » : il n’y a pas autant d’heures qu’au lycée, ou qu’à l’IUT ou encore qu’en médecine.

Pour autant la liberté que cela apporte peut être utilisée à mauvais escient, comme à étudier, car ces études reposent beaucoup sur soi-même. Il y a tellement, tellement à apprendre dans ce domaine, que les cours ne sont presque qu’une introduction, qui devrait être complétée par des recherches et de la lecture personnelle. Après il faut que je sois honnête, je ne dis pas que j’applique beaucoup ce principe (j’ai quand même lu des livres en français, et en anglais pour lesquels  il faut un peu de courage ^^)… Dans d’autres pays, comme les Pays-Bas ou la Finlande, les études sont bien plus basées sur l’initiative personnelle et la participation active au cours, qui n’est pas figé.

Voilà, c’est fini pour ce petit tour rapide des idées reçues sur la psychologie, par une petite étudiante, j’espère que vous avez appris des choses ! Et j’espère aussi que vous ne prenez pas ça comme un regard hautain de ma part « pff ils savent même pas ça », étant donné que j’étais totalement ignorante sur le sujet avant d’arriver à l’université se serait bien malaisé de ma part ! J’ai fais des résumés et des raccourcis (tiens justement…) dans cet article, ce n’est qu’en attendant le prochain qui sera plus long et explicatif !

Ciao 😀

.

Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

7 Commentaires

  1. Idée reçue n°3 : Les étudiants en psycho sont plus dérangés que leurs patients pour étudier une telle matière : Bidum, euh, à vous de juger ! ^^

    J’aurais dit Vrai :mrgreen:

  2. C’est intéressant tout ça, merci de nous avoir éclairé notre lanterne 🙂

  3. Emilie

     /  octobre 24, 2009

    Wouah, c’est super intéressant, merci c’est vrai que je savais pas grand chose sur la psychologie, alors là au moins j’ai une idée plus précise de ce dont il s’agit ! ^^

  4. Elodie

     /  février 9, 2010

    Bonsoir ^^
    J’ai posté un message sur ton blog sur ton erasmus… Mais je n’arrive plus à y accéder.
    Je suis en psychologie et en 2ème année, je souhaiterais aussi partir en Finlande (tout pareil ^^), sauf que la responsable de l’échange erasmus dans ma fac (Brest), m’a dit qu’il valait mieux partir en Master qu’en L3, alors je voulais savoir si toi, tu as validé ton année sans problème ??
    Merci de me répondre par mail ! Et merci pour tous tes articles ils sont géniaux 😉

  5. @Elodie : bonsoir ! Et merci ! Oui, ifrance m’a fait disparaître mon blog 😦 heureusement je l’avais sauvegardé et je suis en train de petit à petit le déménager sous wordpress (http://maudvoyage.wordpress.com). Merci pour ton com en tout cas. Ce que tu me dis m’étonnes, car moi j’ai un avis contraire. Il vaut mieux partir en licence 3 ! En master, tu ne pourras valider que la moitié de l’année (il n’est pas possible, ou difficile sans doute de faire le mémoire et le stage à l’étranger), si tu pars en master, comptes alors cette année un peu « pour du beurre » niveau études. Moi j’ai validé 30 ECTS 😉 (par des cours autre que la psychologie d’ailleurs -_-… enfin bref c’est une longue histoire. Mais renseignes-toi rapidement, car pour moi le dossier de demande était à rendre dernière limite le 7 janvier ! J’espère t’avoir un peu éclairé, n’hésites pas si tu as d’autres questions, j’essayerai au mieux d’y répondre 😉

  6. Elodie

     /  février 10, 2010

    Merci d’avoir répondu si vite 🙂
    Oui, je me presse pour mon dossier, mais j’ai « encore » jusqu’à la fin de la semaine prochaine. Je pense que je vais déposer un dossier et je verrais bien par la suite… Parce que c’est sûr que partir en Master me paraît difficile vis à vis du mémoire… surtout que d’ici là je changerais d’université, bref compliqué pour faire un dossier !
    Par simple curiosité, tu es arrivée en Master clinique comme tu le voulais ??

  7. @Elodie : je refais l’année de master 1… 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :