Le voyage – The journey

Ça y est la valise est faite. Ou plutôt la valise et les 3 sacs qui l’accompagnent. Tout cela doit être conforme aux règles de la compagnie aérienne avec laquelle, Emilie Théo et moi, on va prendre l’avion. Il a fallut peser, repeser, transférer des affaires entre les sacs pour redescendre le poids de la valise en dessous du poids maximum autorisé, et prier pour que les fermetures éclairs ne cassent pas ! Une semaine avant le départ, afin d’avoir du temps pour penser aux dernières choses que je pourrais oublier. Mes chers frères et sœurs, vous ne pouviez vous insurger contre un trop plein de bisous, je ne pourrais vous en faire par webcam…

Now the suitcase is packed. Or rather the suitcase and the 3 bags which accompany it. All that must comply with the rules of the airline with which, Emilie Théo and me, we are going to take the plane. It had need to weigh, re-weigh, to transfer business between bags to get back down the weight of the suitcase underneath maximum allowed weight, and pray so the zips do not break ! A week before departure, to have time to think of the last things that I could forget. My dear brothers and sisters, you could not rise up against a surplus of kisses, I won’t be able to kiss you by webcam…

Continuer la lecture »

La préparation

J’étais si heureuse quand je suis arrivée à la fac de Caen, de participer enfin à un mélange culturel. Tout autour de moi, des gens de dizaines de nationalités différentes, ne parlant parfois pas la même langue. Moi qui venait d’une presque île, d’un collège et d’un lycée où les personnes d’origines différentes se comptaient sur les doigts d’une main. J’avais l’impression qu’enfin de normande, j’étais passée à citoyenne du monde.

I was so happy when I arrived in the university of Caen, to participate at a cultural mix. All around me, people with about ten and ten differentes nationalities, sometimes not speaking the same language. Me who came from an almost island, from a college and a lycée (= secondary school) where people with a different origin were counted on the fingers of a hand. I had the impression that in finally, from Norman, I finally became citizen of the world.

Continuer la lecture »

Daite Senorita – Tomohisa Yamashita

Tomohisa Yamashita chante aussi ! Le voici ici en solo, mais il faut préciser qu’il appartient au boys-band News. J’étais assez critique mais comment résister à des musiques entraînantes et de beaux garçons. Voici le clip de la chanson générique du drama Kurosagi, paroles en romaji (transcription des kanji avec l’alphabet latin) et traduction à l’appui. Moi j’adore.                     Maud : モード


Les paroles –>

Continuer la lecture »

Tomohisa Yamashita

Je viens de découvrir encore un dieu sur Terre. M’enfin c’est pas permis d’être aussi beau !! Désolée Johnny Depp et Elijah Wood, Tobey Maguire et Diego Luna, vous allez devoir faire de la place à un petit nouveau parmi des hommes les plus beaux selon moi lol. Ce jeune homme prénommé Tomohisa Yamashita joue dans Kurosagi, un des meilleurs drama (série) japonais, que je viens de terminer. Je cherche le film maintenant !
.
Lien : Kurosagi
.
.
Résumé du drama  ”Kurosagi” : C’est l’histoire d’un jeune homme dont le père a été ruiné par des escrocs et a, de desespoir, tué sa femme et sa fille avant de se suicider. Kurosaki, ayant échappé au carnage, décide de se venger en devenant un escroqueur d’escroc, une sorte de robin des bois froid et méthodique qui rend aux voleurs la monnaie de leur pièce en les prennant à leur propre jeu. Pour cela, il doit accepter la protection du patron de ce petit monde d’escroc, Katsugari Toshio, celui la même qui est le responsable de la faillite et de la mort de son père.

L’amour est-il éphémère ?

Ce texte est dédié à tous ceux que j’aime…

Tu crois que l’amour est éphémère…
Il se bute à la vie qui remet la réalité
Dans le bon ordre des choses
Il se rode au fil du temps qui révèle
La nature de la relation
Il noue sa véritable identité
Au sortir de ton coeur qui s’appartient

L’amour ne grandit que lorsqu’on lui laisse la place
Lorsqu’on se laisse toucher par le rire de la vie
A t’on besoin de tout comprendre ?
On a au contraire vraiment besoin
De ne pas comprendre parfois
Et de juste croire, croire,
Ça fait tellement de bien

Si tu m’as blessé je ferais tout pour effacer
Ces souvenirs qui m’ont causé une plaie
Alors là oui je ferais tout
Pour sombrer dans l’indifférence
Mais si tu crois qu’une fois entré
Dans mon coeur tu peux facilement en sortir
Mais mon dieu que tu te gourres !

Je parle de l’amour universel
Celui qui touche et se transforme
En amitié, fraternité ou Amour

Alors quelque soit ton statut
ami, amoureux ou frère,
confident, amant ou lointain confrère
Tu es une personne et j’ai ton prénom
Et ton visage dans ma mémoire
Sache que l’amour n’est pas éphémère
Et que tu es à tout jamais
Imprimé dans ce morceau de chair. 
                                                                               

La mer


On est si petits devant cette immensité… Dire que le moteur du bateau paraît infime par rapport à tout ça. Et c’est quand même lui qui participe à la destruction de cette nature. La mer semble indestructible et intemporelle, nous éphémères et fragiles, et pourtant cette beauté est menacée… Un tour en bateau bien agréable en tout cas, avec Gilles et Papa en barreur et écopeur, et Maud en… figure de proue, entre le phoque et la grand voile, la meilleure place quoi ! A quoi pouvait-elle bien penser ? Aux poissons et aux sirènes qui devaient regarder passer cette mini barquette de Lu au dessus de leurs têtes.

A ma porte

        
Un texte écrit il y a plusieurs mois.

Angoisse
Oh comme je t’aime
Tournoyer
Comme j’aime danser
Tournoyer encore encore
Encore et encore
Oublier et vivre
Vivre parce que j’ai soif
Parce que vivante

Éphémère
Alors danse danse je t’en prie
Jusqu’à la fin jusqu’à l’absurde
Les mots jouent les mots pleurent
Moi je reste sur le quai
Attendant la fin de l’histoire
Qui dit que tout se termine bien

Mais bouge ne reste pas là
Mais parle qu’est-ce qu’il y a
Tu ne vois pas qu’il s’en fout
Que tu es dans le présent
Que le passé ne se rattrape pas
L’amour rend fou alors danse
Alors chante belle
Alors chante

La passion passera
Mesurée mesurera
Et tout partira
Attention débordement
Émotions émotionnellement
Apaise, lèse, un dièse
Deux dièse et trois
Le majeur se vengera
Le mineur sourira
A ma porte il sera là.
                                                                                

Partir

La deuxième information est que je pars de la France le 27 août !

Erasmus c’est :
– Une demande à déposer début janvier, avec dossier et lettre de motivation à l’appui
– Une réponse début avril
– L’imagination qui travaille, j’ai déjà fais l’année entière rien qu’en pensées lol
– Le choix difficile de mettre sa vie amoureuse de côté
– Des papiers à remplir, pour trouver des aides financières, un logement, arrêter les forfaits de portables français, faire des procurations pour la banque…
– Se préparer à l’anglais en regardant les films en VO 😉
– Savoir que mettre dans sa valise !!! Cruelles décisions ^^
– Se séparer de ses amis et de sa famille, mais vous serez constamment dans mes pensées soyez en sûrs, et on se retrouvera vite
– Mais surtout, surtout, la certitude d’un enrichissement prochain, et l’attente fiévreuse de cette future expérience formidable !!!

 La petite sirène, « Partir là-bas »

Code et Onecat

Bon bah pas de quoi s’en vanter à 21 ans, m’enfin je l’ai eu ce fichu code !Bon, voici ma future voiture, quand j’aurais des sous et d’abord le permis : la voiture à air comprimé. Elle est la plupart du temps absolument non polluante, et fonctionne malgré tout de manière hybride si nécessaire. Et elle me semble plus avantageuse qu’une voiture électrique.

Voir le site de la Onecat

Fatalité

La fatalité
Facile d’y plonger
Simple de l’invoquer
Explique les pierres

Placées sur la route
Doucement nous déroutent
Dans mes yeux une goutte
Roule vers la rivière

Le fameux destin
Est-il certain
Finit-il enfin
Fort dans la lumière

Un guide, c’est facile
Mais si parfois, vils
Mes pieds sont fragiles
Ce n’est que poussières

Le jour s’en iront
Larmes me laisseront
Et la vie, mignon
Sera pour me plaire.