Helsinki, oui encore – Helsinki, yes still

Et nous revoilà à Helsinki pour la fin du voyage. Je n’avais pas vu la capitale depuis Noël quand ma famille était venue affronter la nuit quasi-éternelle, Marion, Nolwenn et Khaled l’ont quitté 6 jours auparavant, avec pleins de magnifiques photos ensoleillées.

And here we are  in Helsinki for the end of trip. I had not seen the capital since Christmas when my family came to confront the almost endless night, Marion, Nolwenn and Khaled left it 6 days before, with fulls of splendid sunny photos.

On a eut le temps d’aller voir le monument dédié au compositeur finlandais le plus célèbre et celui qui a désespérément laissé dans l’ombre les autres compositeurs à l’époque où il exerçait son art, j’ai nommé Jean Sibelius (pour en savoir plus que ce qui suit, cliquez sur le lien). Il est né en 1865 dans une ville proche d’Helsinki. Originaire d’une famille suédophone, il fit ses études dans une école de langue finnoise. Étudiant en droit, il interrompit ses études pour se consacrer à l’étude du violon et de la composition à Berlin et Vienne. Mais ayant commencé trop tard, à l’âge de 16 ans, il ne deviendra jamais un grand virtuose, et la frustration qu’il en aura ressenti apparaît dans son célèbre Concerto pour Violon, qui est l’un des plus difficiles au monde. Concerto que j’ai eu l’occasion d’écouter dans le grand amphi à l’université il y a quelques mois de ça !

We had time to go to see the monument devoted to the most famous finnish compositor and the one who has hopelessly left in shade other compositors at the time he exercised his art, I name Jean Sibelius (to know about it more that what follows, click on link). He was born in 1865 in a city close to Helsinki. Born in a swedish speaker family, he studied in a finnish speaking school. Law student, he interrupted his studies to dedicate himself to the study of the violin and composition in Berlin and Vienne. But having begun to late, at the age of 16 years old, he would never become a big virtuoso, and frustration that he would have felt appears in his famous Concerto for Violin, that is one of the most difficult in the world. Concerto whih I had the opportunity to listen in the big amphi at the university some months ago of this !

Pour écouter ce concerto, cliquez sur les liens suivants : Partie 1 ; Partie 2 ; Partie 3 ; Partie 4
To listen this concerto, click on the links above.

(suite…)

Retour à Helsinki – Coming back to Helsinki

Nous sommes retournés ensuite à Helsinki, un petit tour dans la ville le temps de prendre des photos, mais pas trop long pour ne pas plus fatiguer les petites jambes. Et nous voici pour la dernière nuit ensemble à l’hôtel, avec au programme otite pour Timothée et son conséquent, peu de sommeil pour Maman. Ça m’a rappelé quelques souvenirs (réveiller les parents en pleine nuit car bien sûr les crises de douleur ne sont pas en journée, les compresses chaudes sur l’oreille…), moi qui petite avait des otites à peu près tout les 15 jours. Heureusement je ne me souviens plus assez de la douleur, mais je sais qu’avec une otite, on jongle (non Ben, au sens figuré du terme !).

We went back then in Helsinki, a small turn in the city the time to take photos, but not too long not to make tired the small legs more. And we are here for the last night together in the hotel, with in program otitis for Timothée and its consistent, not enough sleep for Mum. This reminded me some memories (to awaken the parents in the middle of the night because of course, pain crisis are not in day, the hot packs on the ear), me who baby had otites almost every 15 days. Happily I do not remember any more enough of the pain, but I know that with an otitis, we juggle (it is a french expression, I know I should not translate it, but it is funny. It means « to have a lot of pain »).

(suite…)